Christophe Abbes photographe d'entreprise

Exemple de photo culinaire de Christophe Abbes

Depuis combien de temps faites-vous de la photo ?

Cela va faire maintenant deux ans.

Je ne connaissais pas du tout ce domaine, j’étais dans le marketing-commercial. Je suis tombé dans la photographie vraiment par hasard en achetant un hybride (appareil photo entre un reflex et un numérique) pour réaliser des photographies d’objets pour un projet. Cela a été un réel coup de foudre dès que j’ai entendu le « clac » de l’appareil.

J’ai ainsi cherché à en apprendre plus dans ce domaine à travers des formations en ligne, des photographes que j’admire et des sortis en club. J’ai été embauché comme photographe sportif sur une montagne assez connu : le mont ventoux. De là j’ai décidé d’en faire mon métier.

Je cherche ainsi continuellement à me perfectionner car c’est un domaine comme dans d’autres secteurs où on a jamais fait le tour, il y a toujours une nouvelle technique à apprendre, une nouvelle prise de vue à essayer et une part de créativité non négligeable.

Quel est votre sujet photographique favori ?

J’en ai deux : la photographie de paysage et des entreprises notamment les restaurants qui me rappel mon premier métier : serveur.

Dans le paysage il y a un travail de recherche en amont, trouver l’endroit qui nous parle, connaitre son exposition vis-à-vis du soleil et déterminer le meilleur moment en fonction de la météo pour photographier.

Dans les entreprises, j’aime l’aspect humain. Mon objectif principal est de sublimer le travail de l’entreprise, ses valeurs, son savoir faire pour qu’elle puisse communiquer efficacement avec ses clients présents et à venir.

Exemple de photo de paysage de Christophe Abbes

J’aime aussi le portrait car il y a un contact avec le ou la modèle où l’humain prend sa place.

Comment évaluez-vous les résultats de votre travail ?

Plusieurs critères rentrent en compte pour évaluer le résultat hormis mes critères personnels.

Que cela soit en paysage ou en entreprise, l’image réalisée doit susciter de l’intérêt, de l’étonnement, de l’émotion. Il y a des critères ainsi quantitatifs sur les réseaux sociaux (ratio like/fans, audience du post) et des critères qualitatifs (commentaires sur la photo). Je n’hésite pas aussi à publier mes réalisations sur des groupes de photographes afin d’avoir l’avis d’autres professionnelles. Il y a vraiment un esprit solidaire dans certains groupes et une réelle volonté de s’améliorer ensemble.

Pour les photographies d’entreprise, je mesure les résultats en faisant des feedbacks avec les clients sur les premières images publiées sur leur page facebook par exemple. Mon but n’est pas de faire des photos et de ranger le matériel. Mon objectif reste de faire des images pour booster la communication de l’entreprise.

Exemple de photo de macaron à la pistache de Christophe Abbes

Quel conseil apporteriez-vous à votre clientèle sur leurs publications ?

On arrive à maturité sur les réseaux sociaux. A l’époque, l’image n’était pas réellement importante, la majorité des posts étaient seulement du texte. Maintenant il faut travailler son image pour attirer de l’audience et en même temps la qualité rédactionnelle de ses posts.

Je suis justement entrain de réaliser un guide pour mes futurs clients. Ce guide aura pour but de les conseiller pour bien utiliser les photos rendues lors du reportage en fonction de mes expériences. Par exemple, un conseil important est de ne publier une photo avec un message court toutes les 24h minimum pour ne pas saturer l’audience. Il y a une vrai stratégie à avoir sur les réseaux sociaux pour l’entreprise. Il faut le prendre comme un jeu, ne pas avoir peur de faire des erreurs et faire un point à chaque mois pour voir les posts qui ont marchés et ceux qui n’ont pas fonctionnés. C’est un outil de communication communautaire alors profitons en pour se rapprocher de nos clients.

Exemple de photo culinaire de Christophe Abbes

Comment sécurisez-vous vos photos ?

Malheureusement il n’y a pas de sécurisation fiable à 100%. Il faut voir la photographie comme un outil de partage. Les photographes auteurs sont très bien protégés, donc si on tombe sur une société ou autre qui a utilisé à des fins commerciales une de nos réalisations sans notre accord, les conséquences peuvent être très préjudiciables pour elle. Il ne faut pas oublier que la photographie reste un travail avec un investissement matériel et de temps très importants, c’est plus qu’un simple « clic ».

Quelles sont les tendances qui prédomineront en 2017 ou en 2018 selon vous ?

Hormis les drones qui permettent des prises de vues aérienne, je dirai que le côté vintage qu’on peut voir chez certains photographes de mariage ou culinaire reste une tendance très marquante de ces prochaines années. Il ne faut pas par contre tomber dans le kitch au niveau des traitements. C’est là toute la difficulté.

Mais la plus belle des tendances actuelle et à venir reste la capture du moment présent, d’un sourire, d’un paysage, d’un objet, d’un plat et de le partager avec le reste du monde en un clic.

Exemple de photo de lever de soleil dans le var de Christophe Abbes

Contacter Christophe Abbes

06 19 46 36 05
photographiechristophe@gmail.com
Facebook : Christophe Abbes Photographie

Interview publiée le 24 Fev 2017 selon contenu fourni par Christophe Abbes

Sommaire